Assurance chien , assurance pour chien dangereux, assurance pour chien, devis Assurance chien en ligne, attestation Assurance chien et remboursements assurance pour chien en ligne avec ECA-Assurances.com

Conseils vétérinaires
Cliquez sur l'animal de votre choix

L'éducation du chiot
Le chiot à 3-4 mois = le chiot enfant

Objectif 1 : le « assis/couché »
Objectif 2 : le marcher en laisse
Objectif 3 : le détachement à 4 mois et l’apprentissage de la solitude

A partir de 3-4 mois le chiot doit commencer à apprendre «l’obéissance » afin que votre futur chien devienne un animal facilement intégré dans un milieu citadin.

Les ordres de base : notion de récompense/punition

Les principaux ordre de base sont le « assis », « couché », le rappel (déjà vu plus haut), le marcher au pied ou le marcher en laisse. Il s’agit d’exercices qui peuvent être entrepris dés l’âge de 2 mois. Ces exercices doivent être commencés jeune mais en ayant soin de vérifier que le chiot a un bon contrôle moteur (cf. chapitre précédent), qu’il sait communiquer, qu’il n’est pas peureux
et qu’il a noué avec vous un attachement de qualité : on apprend mieux avec ceux qu’on aime.
Pour apprendre les ordres de base à son chiot, il faut d’abord savoir que le chien est plus sensible au langage « non verbal » c’est-à-dire votre attitude, vos gestes, vos expressions, votre intonation de voix qu’aux mots en tant que tel. Il faut communiquer de façon cohérente avec votre chien !

* La récompense est l’acte par lequel le maître signifie à son chien que ce dernier a bien agi
et doit reproduire le même comportement en pareille circonstance. Elle répond à 3 critères pour être efficace :
1. Elle doit être donnée en fin d’acte dont on est satisfait : par exemple une fois que le chiot a fait ses crottes dehors (et non pas au moment ou il s’assoit pour les faire !)
2. Elle doit être réellement agréable voire théâtralement manifestée pour être bien comprise.
3. Elle doit être systématiquement appliquée dans un 1er temps pour que le chiot associe bien
ce qu’on lui demande de faire avec sa récompense. Un peu plus tard la récompense peut être appliquée plus aléatoirement mais jamais absente trop longtemps ce qui pourrait entraîner
un désapprentissage.

* La punition répond à 3 critères pour être efficace :
1. Elle doit être appliquée précocement dans la réalisation de l’acte répréhensible, c’est a dire
en début d’acte
au moment où le chien commence à désobéir. Par exemple quand le chiot commence à s’asseoir pour faire ses selles dans la maison (et non pas une fois ses selles faites).
2. Elle doit être réellement désagréable, ce qui ne veut pas dire traumatisante mais comparable à ce que la mère chien ferait à ses chiots. Le mieux, jusqu’à l’âge de 6 mois, est la prise par la peau du cou accompagnée d’un grand « NON ! » et en reposant le chiot au sol. Si le chiot continue
de remuer la queue ou vous aboie dessus, c’est que la sanction a été comprise comme un appel
au jeu donc mal comprise. Si le chiot s’en va la queue basse ou s’immobilise au sol ou se met
sur le dos en posture de soumission, il accepte votre domination et implore clémence de votre part. Vous devez alors arrêter la punition.

3. Elle ne doit pas être appliquée sans suite. Après la soumission du chiot vous devez le rappeler
et, s’il vient, le caresser et le récompenser. Il vaut mieux terminer sur du positif. L’attention du chiot doit être réorientée de suite vers un acte positif qui sera récompensé.


Objectif 1 : le « assis/couché »
Pour lui apprendre le assis couché, appuyer légèrement sur son arrière train pour que le chiot s’assoit. Au moment où il s’assoit, avoir une mine réjouie et prononcez le mot « assis »
en montrant du doigt le lieux où l’on veut qu’il s’assoit. Dès que le chien, s’assoit caressez
de la de manière démonstrative (récompense). Les gestes doivent être amplifiés (ne pas oublier
que c’est plus la gestuelle qui compte).

Objectif 2 : le marcher en laisse
Recette : disposer d’un collier métallique à mailles qui se resserre lorsque l’on tire sur la laisse (chaîne d’éducation).

NB : La règle d’or : la laisse doit toujours être détendue.

Il faut sans cesse parler au chien afin qu’il ne soit pas distrait par l’environnement. Commencer
par le faire asseoir, puis engager lentement la marche en le félicitant s’il marche doucement (toujours avec les mêmes mots). dès que le chien tire, sanctionner très fort en tirant d’un coup sec sur la laisse : cela stoppe le chien. Détendre alors très vite la laisse (cf. règle d’or). Renforcer
par la caresse et les mots doux chaque mouvement désirable du chien. Pour que la communication soit très lisible, il faut opposer radicalement le ton et la gestuelle doux et lents utilisés pour féliciter
et le ton et la gestuelle secs et fermes pour sanctionner. L’apprentissage du marcher en laisse
est rapide si la différence est bien marquée.

Le saviez vous ?
Le fait de ne pas tenir son chien en laisse sur la voie publique en ville est passible d’une contravention. On peut lâcher le chien dans des espaces signalés, en forêt ou à la campagne.


Objectif 3 : Le détachement à 4 mois et l’apprentissage de la solitude
La mère chien noue un lien d’attachement dès la naissance avec ses chiots. Si le lien d’attachement est primordial pour le bon développement psychomoteur du chiot, il n’en reste pas moins qu’il ne doit pas persister au delà de l’âge de 5-6 mois. Dès son adoption dans votre famille, votre chiot noue un lien d’attachement privilégié avec une personne du foyer.
En l’absence
de cette personne, il a tendance à gémir, ce qui est normal vers l’âge de 2 à 3 mois.
Vers 4 mois votre chiot est comme un enfant d’environ 7-8 ans : il ne dort pas dans le lit
de maman et ne réclame plus sans cesse d’être porté dans les bras. Il doit se produire une sorte
de sevrage affectif comme le sevrage alimentaire. L’attachement exclusif à la mère doit faire place à un attachement au groupe social, donc à la famille entière. Le détachement
est le corollaire nécessaire à l’insertion hiérarchique (qui s’établit vers 6 mois) et au passage
à l’âge adulte. Le chien devient autonome, apprend à rester seul. Le détachement est pratiqué naturellement et de manière progressive par la mère chien vers l’âge de 4-5 mois. L’absence
de détachement peut déboucher sur un trouble caractéristiques appelé « anxiété
de séparation ».

Comment pratiquer le détachement ?

La rupture de ce lien d’attachement ne signifie pas que les propriétaires s’éloignent de leur animal. La règle du jeu est seulement différente : quand le chiot s’approche, on le repousse
pour l’appeler quelques minutes après et avoir exactement la même interaction. Lorsqu’il réclame de jouer, on procède de la même façon. De même, l’être d’attachement refusera
que le chiot se repose à proximité immédiate de lui. Ainsi il faudra :
1) éloigner le lieu de couchage du chiot de celui des maîtres si cela n’a pas déjà été fait depuis l’arrivée du chiot dans la famille.
2) repousser ou ignorer le chiot lorsqu’il sollicite des caresses ou l’attention de ses maîtres. Attention ! les propriétaires peuvent prodiguer autant de caresses qu’ils le souhaitent
à condition qu’ils en soient les initiateurs ! Cela habitue le chiot à ne pas en demander
lui même.
3) Quand vous sortez de la maison, que ce soit pour 10 minutes ou plusieurs heures, ignorez le avant le départ.
4) quand vous rentrez, ignorez ses manifestations de joie car ce sont des décharges émotionnelles qu’il doit apprendre à contrôler, et appelez le pour des caresses
dès qu’il se calme.

Ce qu’il ne faut pas faire !

lui dire longuement « au revoir » quand vous partez

acceptez et renforcer la fête du retour

le laisser être dans votre ombre quand vous circulez dans votre maison.

Plus vous lui apprendrez tôt à savoir rester seul, plus votre chien sera équilibré car bien
dans sa tête et libéré de toute angoisse à chacun de vos départs.

La prochaine fois….

Nous verrons le chien adolescent, c’est-à-dire le chien à 6-7 mois. N’attendez pas la date
du premier rappel annuel de vaccination pour présenter votre jeune chien. La consultation à 6-7 mois est très importante. Elle est l’occasion de corriger certaines erreurs d’éducation et donc permet la prévention de certains troubles du comportement comme les problèmes de dominance
qui peuvent être lourds de conséquence ! Elle permet également de prévenir d’autres affections comme celles liées à la croissance. La vaccination contre la piroplasmose est également pratiquée à cet âge là. Elle est l’occasion de reconnaître les 1ers signes de la puberté tant chez le mâle que chez la femelle (1er signes de chaleurs) et de discuter de l’intérêt d’une stérilisation précoce chez la chienne et de la castration chez le chien. Elle est l’occasion de vérifier que toute
la dentition adulte
a été faite : les dents de lait qui persistent au delà de 5 mois doivent être extraites avant que la gencive ne soit lésée.
La consultation pubertaire peut enfin être l’occasion d’un dépistage de la dysplasie de la hanche chez les races prédisposées (races moyennes et grandes), les symptômes cliniques
(comme une boiterie d’un ou des deux postérieurs) apparaissant habituellement chez des chiots âgés entre 4 et 12 mois.


Retour aux questions
Votre nom
Votre prénom

Nom de votre chien
Date de naissance de votre chien
//

Votre e-mail
Votre téléphone



Réaliser un devis gratuit
Complementaire sante | Sur-Complementaire sante | Garantie des accidents de la vie | assurance deces | Assurance rapatriement | assurance animaux | assurance habitation | Assurance auto